Callac-de-Bretagne

Page Retour 



                

                           Pierre Cazoulat
                  Champion de France de lancer de couteaux à longue distance.

 
Pierre, dans sa salle d'entraînement.

 

 

Pierre Cazoulat[1]

  Champion de France de lancer de couteaux à lon­gue distance, le titre impressionne mais n'imaginez pas Pierre Cazoulat, le couteau entre les dents. « Je n'ai rien d'un guerrier, je suis plutôt un doux rêveur, assure ce solide gaillard de tout juste 40 ans.

Enfant, il regardait avec admiration ses oncles reve­nir de la chasse, du gibier dans la besace. « Ce sont même les premiers souvenirs que j'ai, la chasse et la pêche sont vraiment mes passions premières ». Et dans la campagne où il est né, tous les hommes ou presque portent un couteau sur eux en permanence. « C'est pour moi un outil plutôt qu'une arme. Dès que j'en ai eu à moi, je me suis mis à les lancer. le tournoiement dans l'air, le joli son que fait ce mouvement, la pointe qui se plante dans le bois: « ça m'a toujours fasciné, faudrait demander pourquoi à un psy ! », plaisante-t-il.

Ce hobby peu commun n'est pas du goût de tout le monde, « Sans rire, j'ai cassé au moins deux cents couteaux depuis que j'ai 10 ans. Mon grand-père en avait plein sa quincaillerie : une fois, j'ai épuisé tout un stock invendu de couteaux bon marché.

 

J'en ai aussi cassé des neufs: je ne peux pas m'em­pêcher de les lancer! ». Dans sa chambre d'adolescent, pas une surface n'échappe à ses tirs: placards, porte... « Je me suis fait gronder mille fois; j'ai même dû reboucher des impacts à la pâte à bois... ».     

 

 

 

Sagaies et sarbacanes

 

A Callac, tout le monde connaît les Cazoulat. Depuis la guerre jusqu'à ses 82 ans, le grand-père tenait la grande quincaillerie dont les longues vitrines longent toujours la rue principale. Aujourd'hui, Pierre en est le propriétaire et le magasin est scindé en deux: d'un côté, une charmante boutique de décoration rétro et de l'autre, la partie dédiée à la chasse et la pêche.

Au-dessus de celle-ci, le champion vient de terminer une salle d'entraînement et de démonstration pour le tir de loisir. En plus de cibles de toutes tailles représentant des animaux, l'endroit recèle nombre d'arcs, arbalètes, haches et couteaux de lancer, fusils à air comprimé, lance-pierres, sarbacanes de précision et même.., un lasso américain.

 

 

Un Breton dans le Grand Nord

 

Car notre homme a noué des liens outre-Atlantique. Ses clients anglais de Callac le devinent à son accent. « En 1996, je suis tombé sur une petite annonce: cherche guide de chasse à la bécasse au Canada. J'ai aussitôt quitté mes cours de gestion de la faune animale, mon rêve passait à ma por­tée ». Non seulement il est engagé mais quelque temps plus tard, il passe de la bécasse au caribou et même à l'ours noir.

Depuis, de juillet à octobre, il emmène des Américains à la chasse, à 2.000 km au nord de Montréal, dans un camp en pleine toundra que l'on rejoint en hydravion. « les Américains viennent sur­tout pour le trophée, tandis que les Québécois, eux, font de la viande pour l'hiver. Une fois le caribou tué, je le découpe sur place et je porte ça sur mon dos jusqu'au camp », raconte tranquille­ment le trappeur breton. Espérons qu'il n'ait pas l'idée d'affronter un ours avec ses couteaux de lancer.

 

Gwen Catheline

 

Journal « Ouest-France » du 21 juin 2008 .  


 

 

Pierre CAZOULAT, meilleur lanceur de couteaux du monde

Le callacois revient du Texas. À sa grande surprise, il y a décroché le titre de champion du monde au nez et à la barbe d'Américains aguerris.

 

 

 

 

Du genre discret, il n'a pas vraiment ébruité la nouvelle dans le bourg. Mais Callac ne devrait pas tarder à savoir qu'elle compte désormais un champion du monde de lancer de couteaux. Pas banal. Surtout pour un novice en la matière. Pierre Cazoulat revient tout juste du Texas, auréolé d'un titre qu'il n'aurait ja­mais pensé décrocher, il y a un an encore.

 

Aux commandes du comptoir de campagne, une ravissante boutique familiale de déco aux airs rétro, le quadragénaire cultive sa passion du tir de loisirs quelques étages plus haut. Il s'y est aménagé un terrain de Jeu de près de 400 m2. Des cibles en tous genres courent sur les murs. Les haches voisinent des lance-pierres, arbalètes, cara­bines... Et depuis quelques temps, les couteaux sont venus enrichir la panoplie. « J'ai découvert l'an dernier qu'il existait des championnats de lancer de couteaux.. Alors je m'y suis essayé ", raconte Pierre. .

 

Un brin trappeur, un peu cow-boy et il perce dans la discipline,  au point de .devenir champion de France de lancer de couteaux et de hache, en juin dernier. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin? " Tous les ans, je m'éclipse quelques se­maines au- Canada, comme guide de chasse. Alors tant qu'à être sur le continent américain, j'al cédé à la tentation de m'inscrire au championnat du monde, qui se tenait au Texas du 3 au 5 octobre ", sourit Pierre.

Le callacois y fait sensation. " Dans ce milieu' assez fermé, où les concurrents se retrouvent d'une année sur l'autre ", l'homme du Centre Bretagne se mesure aux Mexicains, Amérindiens et aux États-Uniens rompus aux traditions des trappeurs. Mais à ce jeu-là, Pierre ne joue pas les seconds couteaux. Il fait des étincelles au lancer longue distance, à 18,5 mètres de la cible, avec le titre de vice-cham­pion. Et s'impose avec éclat au « fast-throwing » (épreuve de rapidité) où il dégaine comme un cow-boy. Grand champion du monde. Un sourire fleurit sur les lèvres du dis­cret Pierre: .. C'est vrai que je les ai soufflés ! .. concède-t-il, s'arrêter en si bon chemin? "

 

Céline MARTIN.

 
Ouest-France  du 11 octobre 2008.

 

 



[1] CAZOULAT, Pierre(°1968 Callac), fils de Guy(+) et de Ghislaine Le Penglaou, petit-fils de Guillaume Cazoulat(+), commerçant et grand animateur des fêtes et manifestations callacoises après la Guerre.

 Une nouvelle section sportive à Callac, celle des  lanceurs de couteaux, en breton "Lanserien  Kontili  Breizh". Cette section sera, en juin 2011, en compétition au championnat de France en Alsace, sous la conduite de Pierre Cazoulat, notre champion international bien connu.

Cette annonce esr parue dans le Bulletin Municipal d'Infomation de Callac en janvier 2011.


  Sylvain Guénégou, la relève est déjà là.





Extrait du magazine des Costarmoricains édit par le Conseil Gébéral- N° 109 de mai 2102.  

                                                                





Pierre Cazoulat devient double champion du monde ! - Callac


L'exploit
 
Deux nouvelles couronnes (jeudi 08 novembre 2012)

Champion du monde l'an passé à Austin, Pierre Cazoulat a remis son titre en jeu le week-end dernier, toujours au Texas, mais cette fois à Blanco, à une heure au sud de la capitale texane. S'il n'a pas réussi à conserver sa couronne en lancer d'adresse au couteau, il a cependant fait mieux qu'en 2011, en s'adjugeant deux nouveaux titres de champion du monde, au couteau et à la hache, en longue distance cette fois.

Deux Callacois sur le podium

Au concours de lancer de hache longue distance, Pierre Cazoulat reconnaît que la compétition n'a pas atteint des sommets, mais ne boude cependant pas son plaisir. Avec 16,20 m, il a surclassé ses adversaires américains, canadiens et anglais, entraînant dans son sillage son camarade de club Sylvain Guénégou qui, bien que victime d'une sévère lombalgie, s'est classé second de l'épreuve !

Un concours d'anthologie

L'épreuve du lancer de couteau longue distance, en revanche, a donné lieu à un duel épique entre Pierre Cazoulat et le Manceau Pascal Boucreux. Tour à tour, les deux lanceurs se sont emparés de la première place, alors que tous les autres concurrents étaient éliminés. « En réussissant à 18,30 m, je pensais avoir clos les débats », raconte Pierre, « mais Pascal a réussi 10 cm de mieux ! Il a fallu que je batte le record d'Europe à 20,63 m pour remporter le concours. Cette distance représente peut-être même le record du monde, mais je n'en ai pas la certitude ».

Sandy plus que Barack

Au Texas, Pierre et Sylvain n'ont pas ressenti d'engouement particulier pour les élections américaines. En revanche, l'ouragan Sandy était au coeur de toutes les conversations. Certains lanceurs ont même dû renoncer à participer au championnat du monde, en raison de vols aériens supprimés.

Sylvain Guénégou chez les experts

Pour sa seconde participation aux championnats du monde, Sylvain Guénégou peut afficher une légitime satisfaction. Handicapé par son dos, il ne s'est pas contenté d'un titre de vice-champion, mais a également sensiblement amélioré ses performances au lancer d'adresse en franchissant le cap symbolique des 200 points, se classant ainsi dans le club fermé des « experts ».

Sources.
Ouest-France / Bretagne / Guingamp / Callac / Archives du jeudi 08-11-2012



PIERRE CAZOULAT – CHAMPIONNAT DE FRANCE-28 mai 2013


Déjà détenteur de nombreux titres, Pierre Cazoulat
a écrasé les championnats de France.


Une domination sans partage.

Samedi et dimanche, à Pescheray, dans la Sarthe, Pierre Cazoulat a outrageusement dominé les championnats de France de lancer de couteaux et de haches. Le président callacois des Lanserien Kontili Breizh a réussi l'incroyable exploit de s'adjuger sept titres, dont les quatre principaux !

Neuf podiums sur douze épreuves.

Vainqueur au lancer de couteaux à 5 mètres et à 7 mètres (5ème  à 3 m et 2ème   en longue distance), vainqueur du lancer de haches à 7 mètres (2ème  à 4 m, 5ème  à 5 m et 6ème en longue distance), Pierre Cazoulat a logiquement été sacré aux classements généraux de couteaux et de haches. Non content de cette performance exceptionnelle, il s'est également adjugé le challenge du Triskell (précision) et le challenge James-Coburn (dégainé-lancer) !

Deux autres Callacois à l'honneur.

Sylvain Guénégou et Florence Le Cerf, les deux autres Callacois engagés parmi les 55 participants, ont complété la moisson des Lanserien Kontili Breizh. En dépit d'une blessure et de d'obligations professionnelles qui les ont souvent privés d'entraînement cette année, ils ont obtenu deux médailles de bronze : au lancer de haches à 5 mètres pour le premier, et au lancer de couteaux à 3 mètres pour la seconde.

Festival des jeux d'adresse

Dimanche 16 juin, le public aura l'occasion de voir ces trois champions en démonstration, à l'occasion du festival des jeux d'adresse organisé par les Lanserien Kontili Breizh à Kerbuannec, dès 11 h. Un repas sur réservation sera également proposé.

Ouest-France 28 mai 2013.





L'Élite des lanceurs de couteaux à Callac (Août 2014)




Plus de 150 lanceurs, une quinzaine de nationalités représentées : Etats-Unis, Russie, Allemagne, République-Tchèque, Italie... Sans oublier la France ! La capitale de l'Epagneul breton va se transformer l'espace d'un week-end en place forte du lancer de couteaux et de haches. Les fines lames vont s'y succéder pour un concours qui s'annonce de haute volée. Le champion local, c'est Pierre Cazoulat. Dans sa besace depuis 2008: plusieurs titres mondiaux, européens et nationaux. A lui seul et grâce à ses résultats, l'ancien trappeur a permis en quelques années de faire connaître ce sport. Mais également de créer un club : les Lanserien Kontili Breizh. Des adhérents et compétiteurs qui ont déjà planté leur lame au palmarès (lire ci-dessous). Beaucoup de ses adeptes ont été bercés par les westerns, Rahan ou Tarzan. Voilà pour l'effet déclencheur. Pour le reste, le lanceur est un sportif comme un autre qui ne laisse rien au hasard. Oubliez tout de suite, le couteau qui fuse et tranche la pomme au-dessus de la tête.


Pierre Cazoulat et son complice Sylvain Guénégou...

LA BEAUTÉ DU GESTE
Car, ce jeu qui peut se pratiquer à tout âge (une fédération française va bientôt voir le jour, les statuts ont été déposés il y a deux mois) nécessite une bonne condition physique. « Il faut être en forme, avoir une bonne coordination. Le lancer, ce n'est pas que le bras, précise Pierre Cazoulat. Ça s'apparente à un swing au golf. C'est tout le corps qui travaille. Un conseil incontournable du : coach : « la concentration ».
Un lanceur, un couteau, une cible : cette discipline qui paraît toute simple est une bonne manière de « savoir gérer la pression, le stress, apprendre à se maîtriser ». « C'est comparable à un art martial », explique la ceinture noire callacoise qui avoue chercher sans arrêt à « Améliorer son geste ». Un peu comme pour la pêche à la mouche.

A CHACUN SON STYLE
Ces championnats du monde sont organisés par le club callacois mais aussi avec Eurothrowers, le club européen de lames volantes. Les lanceurs auront les impondérables épreuves. Ils auront aussi pas mal de nouveautés et défis à relever, des épreuves concoctées en grande partie par les lanceurs locaux. Comme de savoir lancer le plus de couteaux en 20 secondes, de lancer sur une silhouette... Et même un challenge local, le challenge du Triskel qui compte trois cibles. Ou encore la Duel Cup : « un côte à côte avec la cible en face, celui qui plante le plus vite l'emporte ». Pour compter les points, un dispositif électrique ressemblant à ce qui se pratique en escrime sera installé.
A chaque nationalité son style : « dans les pays de l'est par exemple, c'est du sérieux, ce sont souvent des militaires, ce sont moins des doux rêveurs. La manière de lancer est plus virile. Les Américains ont le côté cow-boy. En France, c'est plus récréatif, ce sont souvent des gens fascinés par le lancer en lui-même ».
FRANÇOIS LE DU- Le Poher

Le coup de hache du champion Sylvain Guénégou.


Sylvain Guénégou


Comme la plupart des lanceurs, Sylvain Guénégou, un copain d'enfance du champion du monde local, est très vite devenu accroc au lancer. « Je venais le voir lancer, j'ai essayé et ça m'a plu ».
Il y a chez les lanceurs ce petit brin d'enfance qui est resté, un retour au western. « Les lanceurs ont entre 40 et 60 ans, c'est une génération western ! ».

Depuis 2008, il progresse d'année en année. Sa spécialité ? Le lancer de haches,  ou plutôt de Tomahawk.
TOMAHAWK DE 500 GRAMMES 500 grammes au bout des ongles. Un drôle d'effet : « C'est un peu comme tenir un marteau dans la main et quand on le lance, c'est comme si on tentait d'enfoncer un clou », raconte ce couvreur. Le compétiteur récolte ses premiers trophées deux ans après le lancement.
 Champion de France de lancer de hache à 4 m, ex aequo à 5 m, champion de France de dégainer-lancer, 3' à 7 m. Et une petite virée aux Etats-Unis par-dessus le marché où il devient vice-champion du monde longue distance. Il y a les entrainements très réguliers au boulodrome. Mais pas seulement.
« Je pratique tous les soirs après le travail environ une heure et le week-end, entre 4 et 5 heures. Ça demande énormément d'entraînement ». Des séances « qui vident la tête ».

« IL FAUT ABSOLUMENT QUE LES GENS VOIENT ÇA »

A ceux qui voudraient s'initier, le champion n'y voit aucune restriction. « Ça s'adresse à tout le monde ». Le club des Lanserien Kontili Breizh compte quatre femmes. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées. Lors du concours, un lanceur lyonnais sera présent ; profession : chirurgien.
« Il faut absolument que les gens voient ça », lance Sylvain Guénégou, qui souhaite que ce sport grandisse encore. Notamment en raison de « la bonne ambiance entre participants » « Ici, personne ne se prend la tête ».

Des animations pour tous.


 Le programme de ces championnats du monde et de toutes les animations est étalé sur trois jours, au terrain des sports. A noter que l'entrée est gratuite.
En marge du championnat, de nombreuses animations vont avoir lieu dont un marché artisanal sur le thème du cuir et de l'acier, des démonstrations d'un forgeron artisanal, de bûcheronnage sportif, des jeux d'adresse bretons originaux. Et même sur le site : le salon du livre, avec une trentaine d'écrivains présents. Sans oublier la restauration sur place. Au menu : pizza, burger bio et traiteur, Diwan se charge de préparer crêpes et galettes.

LE PROGRAMME

Vendredi 22 : dès 9 h 15, épreuves de lancer de précision du couteau sur les distances 3, 5 et 7 m. A 10 h 30 : à découvrir, les épreuves de silhouette et du lancer de vitesse.
A 23 h 45 : lancer de précision à la hache, sur 4, 5 et 7 m. A 15 : épreuves de découverte. 18 h : remise de prix.
Samedi 23 : à 9 h 30, début du challenge Triskell, une épreuve de précision à élimination directe.
Début de la Duel Cup, une épreuve de rapidité à élimination directe.
Début du lancer de vitesse et de lancer instinctif. 13 h 30 : annonce des finales des épreuves de lancer de précision. Ensuite, de 13 h 45 à 17 h 15, place aux finales. Dès 18 h : remise des trophées, de lancer de précision toutes distances, pour le couteau et pour la hache. Remise des trophées pour les vainqueurs de l'épreuve de la silhouette, du lancer de vitesse et du lancer instinctif.
Dimanche 24 : à 9 h 30, qualifications pour le lancer longue distance de couteau. A 11 H 00 : qualifications pour le lancer longue distance de hache. De 13 h 45 à 16 h 45 : finales des épreuves de longue distance mais aussi du challenge Triskell et la Duel Cup. A 18 h : remise des trophées aux champions de lancer longue distance pour le couteau et la hache et du challenge Triskell et de la Duel Cup.
 
Journal «  LE POHER » de Carhaix - Semaine du 20 au 26 août 2014.



Un lanceur de couteaux et de haches dispute en Bretagne les championnats du monde de la discipline le 23 août 2014 à Callac (Photo Fred Tanneau. AFP)


Concentration maximale, regard aussi aiguisé que leurs lames et geste vif mais précis, ce week-end, 147 lanceurs de couteaux et de haches de 15 pays différents ont disputé en Bretagne les championnats du monde de la discipline. A Callac, une petite ville des Côtes-d’Armor, des dizaines de stands de tirs aux formes et aux couleurs variées ont été disposés sur le terrain de football du stade municipal.
Sous un très beau soleil d’août, Français, Allemands, Russes, Tchèques, Italiens, mais aussi, pour la première fois, des Américains, ont entamé à 9H00 la deuxième journée de cette compétition, organisée de vendredi à dimanche. Des centaines de curieux, maintenus derrière des barrières de sécurité, regardent les lanceurs rivaliser d’adresse à 3 mètres, à 5 mètres, à 7 mètres, dans des épreuves de vitesse, ou au tir sur une silhouette - avec pour objectif, comme dans le célèbre numéro de cirque, de viser des cibles entourant une Cléopâtre de carton, sans la toucher.

Cette rencontre internationale se déroule pour la première fois en France grâce à Pierre Cazoulat, 46 ans, un enfant du pays, passionné depuis tout petit par les lancers, et qui a fait de la coutellerie son métier. Après avoir passé plusieurs années au Canada, il a découvert le lancer de couteau sportif en 2008 et commencé à participer à des compétitions nationales et européennes.

Rendre ce sport accessible au plus grand nombre

Cette année, il a décidé de faire des championnats d’Europe, organisés tous les ans par l’association Eurothrowers, un évènement mondial, en invitant des lanceurs des États-Unis. «Il y a aussi de très bons lanceurs en Indonésie et au Japon, mais on n’a pas pu les faire venir cette fois-ci», a-t-il confié à l’AFP.
Il a aussi voulu rendre son sport, encore méconnu, accessible au plus grand nombre, quitte à malmener un peu l’organisation des dernières années, centrée autour des lancer à 3, 5 et 7 mètres. Cela donnait des «compétitions assez monotones pour le public qui n’est pas averti», a-t-il estimé.
«On a essayé de créer un peu d’émotion autour de ça et d’apporter un petit côté spectaculaire», en ajoutant par exemple une épreuve en «duels», où les lanceurs s’affrontent « en tirant sur une cible, évidemment » avec un système à tableau et à élimination directe. Le lancer de couteau et de hache reste toutefois un sport très masculin, avec seulement 33 femmes sur 147 concurrents. Une proportion étonnamment basse, dans la mesure où la force ne joue qu’un petit rôle dans ce sport.

«C’est le relâchement qui apporte la force et la vitesse au couteau, ce n’est pas une question de musculature», a expliqué M. Cazoulat. Ce qui compte, c’est la «maîtrise de soi, et d’arriver à analyser comment le couteau et la hache arrivent», a confirmé Daniela Meyer-Speicher, une Alsacienne de 38 ans, médaille d’argent au lancer de couteau à 3 mètres et de bronze à la hache à 7 mètres. Elle qui a découvert la discipline il y a quelques mois, précise toutefois aussi qu'«il faut aimer l’accessoire. Si on a peur de ces instruments, c’est pas la peine de pratiquer».

Mais la star de cette édition est incontestablement Melody Cuenca, une lanceuse américaine qui a raflé vendredi, pour la première journée, le bronze au couteau à 3 mètres, l’argent à la hache à 5 mètres, et l’or au couteau à 5 mètres et à 7 mètres. L’Américaine a toutefois le triomphe modeste. «Je lance des couteaux depuis 9 ans. Mon mari et moi avons une école d’arts martiaux à Las Vegas où nous enseignons le lancer des couteaux», a-t-elle raconté. A ceux qui seraient tentés par cette discipline, elle n’a qu’une recette à conseiller: «beaucoup d’entraînement et beaucoup de patience».

«Je peux apprendre les bases à quelqu’un, mais après, c’est vraiment l’entraînement qui fait la différence. Vous pouvez effectuer un lancer parfait n’importe quand, mais il n’y a que l’entraînement qui vous permettra de faire ce geste encore et encore et encore».

AFP-Journal "Libération du 28 août 2014.


L'association Lanserien Kontili Breizh (lancer de couteau et de haches).(2014)

L'association Callacoise dirigée par Pierre Cazoulat se réunit régulièrement au boulodrome pour l'entraînement de la vingtaine de membres.
Mais c'est cet été, les 22, 23 et 24 Août, que l'association s'est illustrée en organisant le championnat du monde de lancer de couteaux et de haches sur le terrain de football de Callac.
Une organisation parfaite, qui a permis de parler de notre petite cité bien au-delà des frontières.

Les championnats en quelques chiffres :
147 participants - 15 nations - 72 trophées et médailles remis (créés par Thierry Mefret de Sizun, Arwen Prigent de Belle Isle en Terre et Claude Bougneaud de Ploeuc sur Lié).

Entre 5000 et 7000 spectateurs - 70 bénévoles.
Pas une chambre de libre dans un rayon de 20 km autour de Callac.
Tout le monde a apprécié l'adresse des concurrents et leur sportivité, dans une ambiance festive.

Autour de cet évènement, Pierre avait prévu de l'animation avec entre autre :
- un marché artisanal sur le thème du cuir et de l'acier
- une démonstration d'un forgeron artisanal
- une démonstration de bûcheronnage sportif
- des démonstrations et animations autour des jeux d’adresse bretons.


Tud Kallag-décembre/Kerzu 2014


cazoulat
Ouest-France du 5 mars 2016


Joseph Lohou (février 2015-mars 2016)

           

                                                                      


 

© Tous Droits Réservés (Joseph Lohou)