Callac-de-Bretagne

Page Retour 



Un personnage exceptionnel, d'origine callacoise.


Yves Prigent, fils de Jules Théodore Prigent et de Madeleine Bodin, né en 1914 à Rennes avait l'habitude de passer ses vacances à Callac, chez ses grands parents Théodore Prigent et Marie Joséphine Philippe dans la grande maison de la place du Centre, maison qui fut  dans les années 40 le siège de la "Kommandantur"(1), de sinistre mémoire.
Cette maison avait aussi été la maison du maire de Callac, Jules Anne Philippe, père de Marie Joseph, vers les années 1850.

Après ses études à Rennes, Yves obtient une licence de droit à l'université et devient avocat en 1935.

La guerre le surprend en 1939 et il rejoint le 41ème Régiment d'Infanterie d'origine bretonne avec le grade de lieutenant. En 1940, le 41ème est intégré au 19ème Division d'Infanterie sur le front de Somme. Le 2ème bataillon du régiment du lieutenant est cantonné à Herleville, village rural picard du Santerre, à 16 km à l'ouest de la  ville de Péronne.
L'offensive allemande a lieu le 5 juin, très violente avec bombardement aérien et artillerie. Les chars allemands foncent dans la plaine vers le Sud, puis encerclent les villages, dont Herleville. Le 41ème tient magnifiquement et inflige de loudres pertes à l'ennemi.
Le lendemain 6 juin au petit jour, nouvelle attaque. Le capitaine Thouron, les lieutenants Prigent et Ravoux veulent se rendre compte du mauvais fonctionnement des postes radio avec le PC. Un obus tombe près d'eux, Thouron a le bras droit arraché. Ravoux, le capitaine a le côtédroit criblé d'éclats et le lieutenant Yves Prigent est tué.
Il avait 25 ans et devait se marier sous peu. Le 41ème avait été considéré par l'état-major comme complètement disparu.
Le 22 juin, l'armistice est signé à Rethondes...

Yves,  à cette époque,  avait  déjà  acheté la bague de fiancailles. La famille confia celle-ci à son frère Jacques  de 6 ans son cadet et elle devait être donné au premier fils de Jacques lorsqu'il se marierait. Ce qui fut fait...


maison prigent
La Maison des Prigent vers 1920
 

 
verso


Yves Prigent, inhumé à Callac en 1950

inhumation


Voir " Charles Bodin, son grand-père maternel.

 

                                                                                               Joseph Lohou(3 décembre 2010-juillet 2015-février 2017

(1) "Kommandantur", Commanderie ou Etat-major en français désigne une structure de commandement de l’armée allemande, et par métonymie le lieu où se trouvait ce commandement.



 

© Tous Droits Réservés (Joseph Lohou)