Callac-de-Bretagne

Page Retour 


Histoire de l' Union Sportive Callacoise.

 

Préambule.

 

Pendant la guerre de 1914-1918, nous ne trouvons que quelques vagues souvenirs, mais il est certain que dès cette époque une équipe de football existait à Callac et jouait sur le terrain proche du cimetière[1].

 

Ce n'est donc qu'en 1919, sous la direction de M. Albert LE MOAL, directeur de l'école laïque qui reprenait après la grande guerre la  société sportive intitulée "La Callacoise", société de tir fondée en 1911 et transformait celle-ci en club de football. L’inscription était faîte sous le n° 7354,  le 25 septembre 1919 à la Préfecture des Côtes-du-Nord. Le bureau était ainsi constitué : Albert LE MOAL, président, Pierre TRÉGOAT, vice-président, secrétaire Jean LE NOAN, trésorier, Auguste LUCIA.

 

Cette société qui avait pour but la pratique de tous les sports s’intéressait surtout au tir mais effectuait de nombreux déplacements dans la région.

 

   Bientôt le football prenait rapidement son élan et nous ne pouvons donner comme meilleure preuve que la photo des débuts de la société en 1920, photo due à l’amabilité de M. Francis HÉNAFF, actuellement directeur d’une importante usine à Paris.

 

           

Sur ce document se trouve : LE BOURHIS, Pierre HÉNAFF, Guillaume TILLY, Job RUMEN,
 Pierre et Jules HÉLARY, Édouard KERMEN, Albert CONNAN, Job TRÉGOAT
.

 

 

  De 1921 à 1923, c’est la grande vogue de l’athlétisme et chaque année une journée est organisée. Le « crack» était alors Yves LE BON, clerc de notaire qui, lors d’une réunion au Peulven, se payait le luxe de battre le champion de Bretagne du 110 m. haies. En course de fond, Alexandre POULICHOT, à la perche, Yves STÉPHAN damaient le pion aux meilleurs.

 

   Alexandre, président en 1959, devait d’ailleurs « migrer » sous les couleurs d’En Avant où dans la foulée de BERVET, « Ripp» pour les connaisseurs, alors champion de Bretagne de fond, il se faisait un nom dans les épreuves de cross. Bien des callacois se souviennent avoir vu Alexandre et BERVET le jour des courses de chevaux et souvent distancer pour la plus grande joie des spectateurs, un cheval bien connu dans le quartier de la Gare et qui avait eu à son heure son jour de gloire.

 

Les hauts et les bas du club.

 

  En 1923, le football prenait une place enviée parmi les sociétés des environs. Il suffit de s’adresser à Henri LE BRUN[2] pour l’entendre dire : « Moi aussi, j’ai joué au foot…je me rappelle, avoir joué contre le Stade Morlaisien, En Avant, etc. L’équipe était formée surtout d’étudiants chez qui il y avait d’excellentes individualités comme PHILIPPE de Maël-Pestivien, JOUER du Lycée, Lili CARADEC, de l’École Normale, etc. Deux autres joueurs allaient faire les beaux jours d’En Avant, LANDOUAR dit « Little », excellent goal et Job CAPITAINE. A la suite de ceci devait survenir la cassure et, pendant 4 ans, il n’y eut plus de football à Callac. Je m'excuse cependant auprès de M. Louis Daniel et ses amis du Costang à l'origine d'une équipe dans ce quartier qui avait pour nom "La Costanquinoise" mais dont les exploits ne sont pas parvenus jusqu'à nous.

 

 Il fallut attendre 1928, où grâce au dynamisme de M. Pierre Le ROUX[3] qui devait malheureusement nous quitter brusquement, aidé de François LALLOUR, André PRIGENT, Édouard ROUDOT et moi-même, il se formait une équipe de fooball. Le premier match avait lieu à Corlay, match que nous perdîmes. Il y avait des circonstances atténuantes : un de nos joueurs avait passé le B.P.M.E(Brevet de préparation militaire élémentaire) le samedi à Guingamp et avait effectué l'aller-retour Guingamp-Plouagat à pied le dimanche matin. Il avait rejoint Corlay en auto-stop... C'était du sport !

 

Le football était lancé et il faut croire que cela n'allait pas trop mal puisqu'à la clôture de la saison 1928-29, l'USC composé de M. Julien BIZIEN, président ; Pierre LE ROUX, POUPON, MIGNOT, Nicolas LE MOAL, Auguste LUCIA, Yves LE BON, Antoine DUCHESNE, Louis AUFFRET, André PRIGENT, Édouard ROUDOT, Yves LE ROCH, Paul FOLTON, COLCANAP, François LALLOUR, battait une excellente équipe du Stade Briochin avec les PERIO, BOURHIS, RÉGENT, etc... 500 spectateurs avaient assisté à cette rencontre et la recette s’élevait à 500 francs.

 

USC 1934-1935
Debouts : François LALLOUR, Guy COUILLARD, Théophile LE BORGNE, Louis AUFFRET, Pierre LUCIA, Jean STÉPHAN, Auguste LE FOLL, Joseph POULICHOT, 

Accroupis : Joseph(Job) CARADEC, Jean NICOLAS, Yves LE ROCH, Louis HENTIC, Joseph(Bin) LE MEUR.

USC 1939

Debouts : Henri LE BRUN, Yves LE ROCH, Auguste LE FOLL, Jean ISAAC, Jean NICOLAS, Jean PALLIER, François LALLOUR, Louis AUFFRET, Émile TOUPIN, Marcel BOUTEILLER,

Accroupis : Jean LE BRUN, frère d'Henri, Louis CAPITAINE, Louis HENTIC, Robert REUZIAUX, Joseph(Job) CARADEC,  Joseph(Bin) LE MEUR. (Absent)

 

   

 

   


Quelques évènements relevés dans la journal "L'OUEST-ECLAIR au cours des années trente...


L’Ouest-Éclair du 3 janvier 1931

U.S.Callacoise (2) bat Potaches-Club par 5 buts à 4.

Callac, 1er janvier 1931. – Partie rendue pénible par un terrain détrempé par douze heures de pluie continuelle, dans la nuit qui précéda le match.

Il est impossible de dire qu’il y eût du beau jeu ; il ne se pouvait pas qu’il y eût du beau jeu, la balle pesait trois fois son poids normal
par sa carapace de boue gluante.
Les deux onze furent courageux, mais Manéat, dans les buts des collégiens, fit merveille…



L'Ouest-Éclair, Le 3 avril 1931

Le Stade Briochin à Callac le lundi de Pâques
Pour clôturer dignement sa saison, l'U. S. Callacoise a fait appel aux réserves du Stade Briochin, équipe composée de licenciés B. excellents joueurs qui pratiqueront l'an prochain en équipe première.
Le comité directeur nous annonce l'envoi d'une équipe au grand complet et qui n'a pas encore été battue cette saison.
Que feront les locaux en face de cet onze dont le moins qu'on puisse dire est qu'il est comparable à bien des formations de division d'honneur ? Une partie toute de courage certainement et qui sait ? Jouant sur leur terrain et devant leur fidèle public, ils peuvent faire des miracles. Ne bénéficieront-ils du reste de la rentrée d'un de leurs meilleurs joueurs, sinon le meilleur : Un sélectionné universitaire de la Ligue de Paris, international universitaire et joueur premier du C. A. P., un Callacois* bon teint.
En lever de Rideau l'U. S. C. II rencontrera l'équipe des « Potaches Club ».
Pour parer aux gros frais engagés, le Comité de l'U. S. C. a fixé le prix des entrées à 2 francs. Enfants 1 franc. Les membres honoraires entreront gratuitement sur présentation de leur carte.

Note de la rédaction.
[*] Il s'agit de Louis Le Moal, étudiant à Paris et qui jouait au Cercle Atlhétique de Paris, l'unz des quatre grandes formations parisiennes des années 1920-1930. Louis, né à Callac en 1908, était de fils d'Alexis et de Joséphine Saint-Drenant. Il devint par la suite docteur vétérinaire.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A Callac le 3 octobre 1932 : U. S. CALLACOISE bat LA GUERLESQUINAISE
par 6 buts à 4
CALLAC, 3 octobre (de notre correspondant sportif). — Match très animé, joué par temps idéal. La partie tint son intérêt constant, de par l'ardeur employée par les deux camps. A la mi-temps, Guerlesquin mène par 2 à 1. Dès la reprise, Callac se réveille et mène la danse, ce qui se traduit par cinq nouveaux buts en sa faveur. Guerlesquin marqua aussi par deux fois, grâce à la très mauvaise défense du goal callacois dans un jour malheureux.
Remarqué chez les visiteurs : le demi-centre et l'avant-centre. A Callac, G. Le Foll. Hody et Auffret émergèrent d'un lot moyen. Le jeune Penglaou laisse apparaître de belles qualités et doit devenir un joueur hors ligne.

M. Auguste Le Foll fut un arbitre paternel.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------6 février 1932
Demain, à Callac :
VETERANS CALLACOIS contre U. S. CALLACOISE (1)
Voici les détails d'organisation de la rencontre de football de mardi prochain à disputer entre les vétérans callacois et la toute première équipe de l'U, S. C. ; et dont le profit, nous ne nous lasserons pas de le répéter, sera versé à la caisse du timbre antituberculeux. Le match commencera à 2 heures précises. MM. Guénal, Duchesne, Conan, Prigent, Le Roch, Le Brun, Lucia, Bihan, Geffroy, Poulichot, etc. de l'équipe des vétérans devront se trouver au terrain en tenue à 13 h. 45.
Le match se déroulera sous la présidence d'honneur de M. l'adjoint au maire de Callac assisté de plusieurs conseillers municipaux.
Il n'y aura pas d'entrée gratuite pour les spectateurs. Les membres honoraires de l'U. S. C. devront donc acquitter leur place. Le prix des places est uniformément fixé à 1 franc. Demi-place pour, les enfants.
Etant donné le caractère de bienfaisance de l'œuvre les organisateurs espèrent que la grande foule se rendra à son appel et contribuera ainsi à doter les dispensaires et sanatoria français des perfectionnements impérieusement réclamés.


Un appel de L’USC en 1933.

L'U. S. Callacoise libre les 22 janvier, 5 février et 5 mars demande matches avec clubs 2ème  et 3ème série avec promesse retour. Ecrire à François Lallour, clerc de notaire à Callac ou téléphoner au n°10, Callac.


L’Ouest-Éclair du 9 avril 1933.

 

L’U.S.Callacoise bat la « Tour d’Auvergne" de Carhaix par 3 à 0.

Le résultat ne reflète pas la physionomie de la partie. Les deux clubs ayant dans l’ensemble fournit un jeu sensiblement égal. Au repos, le résultat était nul, 0 à 0. Les Callacois marquèrent leurs trois buts en seconde mi-temps. La ligne d’avants carhaisienne domina souvent mais comme à l’ordinaire, manqua de réalisateurs.
Remarqués à Callac, l’avant- centre, le demi-gauche et l’arrière-droit. 


Notes de la rédaction : Joueurs callacois remarqués ; l'avant-centre(Auguste Le Roch) ; le demi-gauche (Bin-Meur) ; l'arrière-droit (François Lallour).


A Perros-Guirec.
STADE PERROSIEN U. C. (1)
BAT U. S. CALLACOISE (1)
Par 7 buts à 2.

Perros-Guirec, le 31 janvier 1933-

Jusqu’à la mi-temps, le jeu fut égal. Le S.P.U.C. menait cependant par 4 à 2 et dominait ensuite à peu près constamment. Chaque équipe avait trois remplaçants.

   Remarqué à Callac, les arrières Louis Auffret et François Lallour, l’inter-droit Le Meur (Bin-Meur), l’extrême gauche La Tonne( ?) et l’avant-centre Yves Le Roc’h dont les descentes étaient toujours dangereuses.

  Au S.P.U.C., où le onze joua avec ardeur, les meilleurs furent les arrières Queffeulou et Piriou, le demi-droit l’Hévéder et l’avant-centre Henry, qu’il avait rentré 5 buts, mais aussi pour ne pas féliciter seulement pour son jeu élégant, fin et méticuleusement correct.

L’Ouest-Éclair du 2 février 1933.




Le stade Briochin à Callac le lundi de Pâques

 Pour clôturer dignement sa saison, l’U.S.Callacoise a fait appel aux réserves du Stade Briochin, composée de licenciés B. excellents joueurs qui pratiqueront l’an prochain en équipe première.

Le comité directeur nous annonce l’envoi d’une équipe au grand complet et qui n’a pas encore été battue cette saison.

Que feront les locaux en face de cet onze dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est comparable à bien des formations de division d’honneur ?
Une partie toute de courage certainement et qui sait ?
Jouant sur leur terrain et devant leur fidèle public, ils peuvent faire des miracles.
Ne bénéficieront-ils pas du reste de la rentrée d’un de leur meilleur joueur, sinon le melleur : Un sélectionné universitaire de la Ligue de Paris, internationnal universitaire et joueur premier du C.A.P. ; un callacois bon teint.
 En lever de rideau l’U.S.Callacoise rencontrera l’équipe des « Potaches Club ».
Pour parer aux gros frais engagés, le Coité de l’U.S.C. a fixé le prix des entrées à 2 francs ; enfants 1 franc. Les membres honoraires entreront gratuitement sur présentation de leur carte.

L’Ouest-Éclair du 5 avril 1931.




Le Journal « L’Ouest-Éclair du 19 février 1920

L’U.S.CALLACOISE  bat LE STADE CHARLES  DE  BLOIS de Guingamp.
L’U.S. Callacoise recevait dimanche sur son terrain le Stade Charles de Blois. Les deux clubs se présentent amputés de quelques équipiers premiers. Après une partie vivement menée de part et l'autre, les Callacois triomphèrent par 2 buts à 1. Les deux équipes me parurent de force sensiblement égale, et la revanche donnera lieu à une lutte acharnée.


Le Journal "L'OUEST-ÉCLAIR du 1er octobre 1934.

A Callac ; U.S.CALLACOISE bat EN AVANT DE GUINGAMP (1B) Par 4 buts à 3.

 
Callac 1er octobre 1934. – Les callacois pour leur premier match de la saison viennent de réussir un coup inespéré. Devant une équipe entraînée et pratiquant mieux le football, ils viennent d’infliger à Guingamp une défaite évidemment très honorable pour les rouges mais certainement inattendue de leur part.
La partie fut émotionnante au possible et indécise jusqu’à la fin. Tout à tour les équipes dominaient et la galerie assez nombreuse haletait.
Remarqué à Callac : Jean Nicolas, l’artisan de la victoire ; l’ailier gauche, Joseph Bin-Meur et l’arrière René Guyader dit « Champion ». Une mention honorable pour le jeune Stéphan, nouveau promu.
Toute l’équipe guingampaise est à féliciter pour sa parfaite connaissance du jeu et son allant.
Bon arbitrage d’André Le Foll…





Callac le 19 octobre 1937 : U. S. CALLACOISE bat U. S. PELEMOISE par 4 buts à 1

Disputée par un temps splendide, devant une galerie de vrais supporters, cette partie amicale a vu la victoire
largement méritée des « bleus » callacois, devant une formation pélemoise très ardente et pratiquant un bon football. La première mi-temps vit la nette supériorité des locaux. Le premier but fut marqué sur penalty, par l’inter-droit Guillerm. Le second but fut l'exploit de « Dempsey », sur passe de l'ailier droit Pallier. Les visiteurs eurent quelques réactions au cours de cette première  partie, mais elles furent chaque fois brisées par la solide défense locale.
Les « bleus » marqueront encore un nouveau point avant la mi-temps, par effort personnel de Guillerm.
Les Pélemois, malgré le score déjà imposant, ne se découragent pas et, à la 20ème minute, ils sauveront l'honneur
par leur avant-centre, sur passe de l'ailier droit Hamon. Les visiteurs feront pression pendant dix minutes, mais ils
ne pourront pas s'infiltrer à travers la défense. Les locaux, sur une belle descente, marqueront un dernier but splendide par l'ailier gauche Daniel.
Remarqués à Saint-Nicolas : le goal Dantec, l'arrière gauche, le demi gauche et l'ailier gauche Jégou.
A Callac, toute l'équipe est à féliciter en bloc. Tout laisse prévoir de bons résultats en championnat.
Arbitrage impartial de Philipeau.
Vendredi 25 décembre à Callac :
ETUDIANTS SPORTS
CONTRE  U. S. CALLACOISE (2)
Le Comité de l'U. S. C. convie ses dévoués spectateurs à venir vendredi au terrain de l’A!lée assister à la rencontre
annuelle des « Etudiants en vacances » contre les réserves de l'Union Sportive Callacoise.
Jusqu'à ce jour, les parties entre ces  deux formations ont été très serrées et le résultat variait d'un match à l'autre.
Nous donnons pourtant cette fois la préférence aux Etudiants, dont l'équipe comporte de nombreux éléments de valeur.
Coup d'envoi : 14 heures.




A Callac le 1er janvier 1938, L’U.S.C. au mieux de sa forme !

Union Sportive Callacoise (1), bat Tour-d’Auvergne de Carhaix (1), par 3 à 1. D'entrée, les Callacois dominent nettement et pendant les 45 minutes de cette mi-temps, ne quitteront guère les 40 mètres des Finistériens qui compteront au coup de sifflet deux 2 à 0 en leur défaveur. Dès la reprise, les visiteurs profitent d'un instant de relâchement des Callacois pour aller, sur échappée, marquer un but, bien mérité, il faut le dire.

La réplique des « bleu marine » ne se fait pas attendre, et l'ailier gauche sur cafouillage, marque un troisième but. Dès lors, les Carhaisiens s'énervent, menaçant à tout moment de quitter le terrain. Ils mirent bientôt leur projet à exécution : un de leurs joueurs ayant été pris en sandwich entre deux Callacois accourus sur la balle.

En lever de rideau, l'U. S. C. (2), bat l'équipe correspondante de la Tour d’Auvergne, par 4 à 0,  au cours d'une partie amicale qui ne dura qu'une heure.

 

 

Une première fois champion des Côtes-du-Nord.

 

Cette fois le football avait acquis droit de cité et l’année 1938-1939 voyait l’USC sacrée champion des Côtes-du-Nord. L’équipe comprenait Henri LE BRUN, Yves LE ROCH, Yves LE FOLL, Armand ISAAC, Jean NICOLAS, PALLICI, François LALLOUR, Louis AUFFRET, Jean LE BRUN, Jean CAPITAINE, Louis LE HENTIC, Robert REZIAUX, Yves CARADEC, BOUTEILLER étant président.

 

Pendant cette période plusieurs de nos joueurs devaient émigrer vers d’autres cieux : Louis LE MOAL au C.A.P ( ?) ; Paul FOLTON au stade Briochin et Lamballe ;  Paul d’ailleurs, devenait champion de France avec le lycée de St Brieuc et lors de la finale contre Janson de Sailly, c’était lui qui marquait le penalty. Cela lui valait un maître coup de pied de la part de DIAGNE vexé d’être battu par les bretons.

 

L’athlétisme gardait quelques adeptes et François LALLOUR détenait le titre de Champion de Bretagne du poids pendant les années 1927-28-29 et 30. Jean NICOLAS et François POULICHOT, frère d’Alexandre, s’adonnaient à la course à pied sous les couleurs du Stade Rennais.

 

La guerre de 1939-40 devait stopper l’USC qui se mettait en sommeil. Cependant une société « La Phalange d’Argoat »  continuait à permettre aux jeunes de pratiquer le football et l’athlétisme.

En 1946, Yves Le Normand et quelques autres sportifs en désaccord politique avec l’USC, créèrent une seconde équipe de football, « L’Avant Garde Laïque » qui eut un certain succès jusqu’aux années 1950.

 

La renaissance.

 

L’USC 1946-1947.(En civil)
Debouts : Jean GASPEL, Louis AUFFRET, Francis BOCHER, Jean STÉPHAN, Baptiste BOURDON, Marcel  MENOU, 

Accroupis : Jean Le GOAS, Jean COANTIEC, Germain AUFFRET, Jean DANTEC, Pierre(Pierrot) MONTFORT.

 

   

L’USC 1946-1947(Match contre l’AS Tréguier en Promo d’Honneur, score 2 à 2)

Debouts : Yves LOSTALEN, Jean STÉPHAN, René GUYADER, dit”Champion », Francis BOCHER, Louis AUFFRET, Baptiste BOURDON, Marcel MENOU.

Accroupis : Jean Le GOAS, Jeannot COANTIEC, Germain AUFFRET, Jean DANTEC, Pierrot MONTFORT

 

 

 

 

 

   

En 1945, au retour des prisonniers, sous la présidence d’Henri LE BRUN, l’USC reprenait sa place dans la compétition et de nouveaux noms apparaissaient à l’horizon. C’est Francis BOCHER qui va donner à la société un bel élan et une appréciable renommée sur les stades de la région, aidé par les gars de Plougonver : Jean COANTIEC, Jean LE GOAS, Marcel  MENOU, Baptiste BOURDON, etc…

Pendant 12 ans, Francis au jeu sobre mais combien efficace maintiendra bien haut les couleurs callacoises.  

 

L’USC de 1950- Debouts : Joseph LE MEUR, dit »Bin », Jean LE BIHAN, dirigeants,
Théophile LE FUR, Maurice PRIGENT, Francis BOCHER, François LE FOLL, Arthur LUCAS, Guy MEUROU, Louis AUFFRET, dirigeant. Accroupis : Yves GUERVENOU, Jean LE BRIGNONEN, Édouard LE BIHAN, Michel POULICHOT, Jean DANTEC.

 

Après la mauvaise période de 1956-1957, Alexandre POULICHOT prenait à son ami Henri LE BRUN la place de président, bien épaulé par Louis CLECH qui allait donner à la société un allant qui lui faisait défaut. Mais elle était surtout redevable au savoir-faire d’Ernest  FOLLÉZOU dont la patience et l ‘amabilité allaient permettre à l’USC de reprendre sa place en promotion après une saison digne de tous les éloges.

 

 

 

 

  En 1957-1958, un club de supporters présidé par Louis RAOUL[4] donnait par son dévouement et la bonne entente de ses membres en plus d’une aide morale, une aide pécuniaire qui n’est pas à dédaigner.

 

Nous ne pouvons passer sous silence, après de petit aperçu de l’activité de notre  société, l’effort effectué par la municipalité et en particulier M. Jean AUFFRET, maire, qui a doté Callac d’un stade qui fait l’envie de nos visiteurs.

 

 

                                                                                       Louis AUFFRET[5].

 

Cet article est paru dans le journal Ouest-France du 29 avril 1959, à la page 7, entièrement consacrée à l’USC avec ce titre « UN GRAND ANNIVERSAIRE A CALLAC ».

 

NOTE.

La rédaction et la mise en page de l’histoire de l’Union sportive callacoise n’auraient pu être menée à bien sans la collaboration effective des deux soeurs MORIN, Madeleine DUMOULIN et Louise BOCHER, veuve de Francis BOCHER ainsi que de  Théophile LE FUR et de Michel POULICHOT, deux anciens joueurs. Je tiens donc à les remercier vivement pour leur recherche documentaire.

J.LOHOU. (juillet 2009)  

Annexe 1.

Voici une photo de 1964 pour laquelle nous recherchions vivement les noms des joueurs. 
La solution vient de nous être fourni par le premier joueur de la liste, Jean JACQ, fils d'Yves et d'Augustine JÉZÉQUEL, en retraite à Saint Laurent du Var, près de Nice et qui fut, comme son père, animateur et  président de l'USC de 1996 à 1998.

 

 Quelques extraits de son courrier :  "C'était l'équipe de 1964, qui en Coupe de France battit successivement le Stade Loudéacien, et le CS Rostrenois, équipes de DHR (Division Honneur Régional) alors que Callac n'était qu'en Première Division de district - Ce qui fit de l'USC, cette année-là, le cendrillon de la Coupe de France pour être le seul club de 1ère division de la Ligue de l'Ouest encore en course...."

Debout de gauche à droite : Jean JACQ, Robert LE FELL, Robert MELSCOËT, Noël BERNARD, Roger CARADEC, Claude LE GALL, 
Accroupis : Alain LE BRIS, Gérard LE LAY, Auguste RUMEN, Claude LE BIHAN, Gilbert LE NORMAND.



usc
L'USC 1970

De haut à gauche : Louis Larhantec, Auguste Rumen, Yves Larhantec,
Claude Le Bihan, Guy Berrthou, Robet Melscouët, Paul Jacq.

Bernard Le Gall, Yves Larhantec, Louis Larhantec, Jean-François Le Brignonen, Jean-Paul Quélen

Journal d'informationde la ville de Callac-Juillet/Gouere 2015.




USC 2015
   saison 2015

[1] Terrains de football à Callac. La premier terrain connu est celui situé près du cimetière dans la rue de L’Allée, puis celui du Peulven, de Restguen, de Kerret, de Botmel, et enfin construit en 1945, l’actuel stade Francis BOCHER dans la rue du Stade. Le terrain de Botmel était situé sur le chemin conduisant au village de Kernestic et les joueurs utilisaient la grange d'Aîmé Derrien attenante au "Loc'h ar Guidal" comme vestiaire dans les années 50.


L'Union Sportive Callacoise en 2008

 

Le club de football de Callac est né en 1919 et compte (pour la saison 2007-2008) 122 licenciés répartis dans
7 équipes allant des poussins aux seniors.

Les poussins et les benjamins s’entraînent le samedi et rencontrent régulièrement d'autres clubs des alentours.
 Les « moins de 13 ans » et les « moins de 15 ans » sont représentés sous l'Entente de l'Hyères constituée des
clubs de Callac, Plusquellec et Carnoët. Les 13 ans ont cette année terminés 5ème de leur championnat. Les
moins de 15 ans ont raté de peu l'accession à la division supérieure et le titre de champion. Ils terminent second
ce qui est une bonne performance.

 Une équipe de 18 ans va être créée ce qui permettra de préparer les jeunes joueurs à évoluer en senior.

 Trois équipes de seniors évoluent en division de district. L'équipe C termine 5ème du championnat et 4ème de division
de district. Cette équipe permet un vrai divertissement le dimanche et son premier objectif n'est pas la compétition
intense.
L'équipe B termine 7ème de son championnat avec un très bon début de saison suivi d'une seconde partie plus laborieuse.

L'équipe A, fanion du club termine 7ème du championnat. Le groupe était relevé et homogène mais un manque de
physique a été ressenti.

Toutes les personnes du bureau et les bénévoles souhaitent quele challenge et le côté sportif soit plus relevé qu'actuellement.
Il a donc été décidé de nommer Vincent DOULIAZEL entraîneur pour la saison prochaine afin de tendre vers
 ces ambitions.

Nos bilans sportifs et financiers étant corrects, nousaborderons la saison prochaine dans de bonnes conditions.


Merci à l'ensemble des encadrants, des supporters, des bénévoles et des sponsors pour leurs indispensables encouragements.

Nous remercions également la municipalité et les employés communaux qui entretiennent les équipements sportifs.

A la saison prochaine et que le plaisir soit toujours notre maître mot.

Source.
Bulletin municipal de juin 2008.






[2] BRUN(LE), Henri, (°1906-1975 Callac), joueur et dirigeant, tanneur de profession.

[3] ROUX(LE), Pierre, (°1893 Lamballe-1930 Callac), Lieutenant de Réserve, époux d’Yvonne LABORIE.

[4] RAOUL, Louis, (° 1917 Carhaix-Roanne 1981), professeur d’Enseignement Agricole Itinérant, maire de Callac de 1965 à 1981.

[5] AUFFRET, Louis (°1909 Callac), commerçant, puis commis de mairie, joueur et dirigeant de l’USC dans les années d’après guerre, marié à Albertine CONNAN.





               J.LOHOU(Mise à jour 4 déc.2012 - 05.01.2013- 03.02.2016)

 

© Tous Droits Réservés (Joseph Lohou)